Les auteurs

                                                                                                                                                                         

 Olivier Toussaint, Olivier Toussaint est photographe auteur indépendant. Formé aux Gobelins, il réalise des commandes pour les entreprises, les institutions et la presse. Parallèlement, il poursuit un travail au long court avec une série de portraits d’ouvriers. Ses différents voyages à pieds, en voiture, en bateau l’amènent à interroger la déambulation et le cheminement. Par ailleurs, il est formateur en photographie. Membre du Studio Hans Lucas.  Il a publié aux Editions La Paulette 20 %, profils ouvriers et fait les photographies du Petit Singulier de Metz et de Nancy. 

©  Gravure, François Drapier 

 

François Bon est un romancier et dramaturge. Il a publié, le très remarqué, Sortie d’usine en 1982 et écrit les textes de 20%, profils ouvriers qui se font l’écho des photographies d’Olivier Toussaint.  C’est un auteur prolixe, de talent et au grand cœur, vous pourrez aller consulter sa bibliographie et voir son site, Le Tiers-Livre.

©  Gravure, François Drapier 

 

 

François Drapier, a été professeur d’EPS dans une vie antérieure. Son regard sur le corps, tant utilitaire que source de jeu et de plaisir, l’amène à la gravure. Cet art qui fait appel à un apprentissage et à des savoir-faire aussi fins qu’une pointe sèche s’est imposé à lui naturellement comme un jeu. Devenue presque exclusivement artistique, la gravure, technique de reproduction, est aussi une muse obsédante dont il a à cœur de faire partager les mystères. Il a publié aux Editions La Paulette, Tempête sur le Zinc. Par ailleurs, il publie d’autres ouvrages, Le Grand enfouissement sur son combat anti-nucléaire et un magnifique abécédaire intitulé Livresque  ( à paraître en 2023).

©  Gravure, François Drapier 

 

Jean-Christophe Diedrich est enseignant, formateur à l’INSPE, éditeur et aquarelliste. Comme historien, il a cherché et écrit essentiellement sur la ville de Metz, son histoire culturelle, ses cafés, ses cafés-concerts, ses prostituées ou ses musées. L’idée d’écrire un guide de Metz lui trottait dans la tête depuis pas mal de temps. Il a publié aux Editions la Paulette, Le Petit Singulier de Metz puis celui de Nancy (en 2023).   Il a également co-rédigé, En lutte ! Carnet de chants en 2022, aux éditions du Détour

©  Gravure, François Drapier 

 

Frédéric George est professeur d’histoire-géographie dans le secondaire et formateur à l’INSPE. Vivant l’histoire connectée au quotidien, en classe comme à la maison, il apprécie fortement l’histoire des arts comme partager son goût de Nancy aux amis et aux visiteurs venus de toute la France, d’Europe comme des Amériques.

©  Gravure, François Drapier 

 

 

 

NOS PREFACIERS

Nous avons sollicité des auteurs que nous admirons pour écrire nos préfaces. Un grand merci à eux pour leur soutien.

Joël Egloff est un auteur de romans et scénariste. Dans la préface du Petit Singulier de Metz, il nous étonne par son humour et installe en quelques lignes son univers bien à lui. Il a écrit entre autre, Edmond Ganglion & fils (adapté au cinéma sous le titre Grand froid), L’étourdissement ou encore J’enquête. On attend son prochain roman avec impatience. 

©  Gravure, François Drapier 

 

 

Philippe Claudel est le romancier qui publie depuis plus de 25 ans, des romans à succès.  Nous avions adoré, le Café de l’Excelsior mais aussi les Ames grises. Son dernier roman, Crépuscule est déjà un succès. On aime aussi ce qu’il a tourné au cinéma en tant que réalisateur, Tous les soleils ou une Enfance. Il est membre de l’Académie Goncourt depuis 2012. Dans sa préface du Petit Singulier de Nancy, il évoque « Une ville à soi », celle que l’on rêve, que l’on vit puis qu’on se remémore. 

©  Gravure, François Drapier 

 

Lefred Thouron est ce dessinateur qui, tous les mercredis éclaire de sa lucidité et de son humour les pages du Canard Enchaîné. Il a accepté de faire la préface graphique de Tempête sur le Zinc  sous-titré « A quoi bon ? »   Ce message laconique et lacunaire nous oblige à la distance, sans vanités aucune. 

©  Gravure, François Drapier